Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Vidéo de « physiologie des cellules gliales (gliocytes) » (Ben Brahim Mohammed) (Faculté de médecine et de pharmacie, Fès).

dimanche 6 mars 2011 par Administrateur

Vidéo de « physiologie des cellules gliales (gliocytes) » (Ben Brahim Mohammed) (Faculté de médecine et de pharmacie, Fès).

Petit résumé de la vidéo :

Malgré la complexité et la densité cellulaire du tissu nerveux, il n’est constitué que de deux catégories de cellules

  • les neurones qui sont les acteurs majeurs et ultimes en ce qui concerne la transmission de l’influx nerveux et
  • les cellules gliales (appelées aussi gliocytes) " qui jouent le rôle trophique (= babysitters) des cellules nerveuses entre autres [1].

Etrangement, beaucoup de médecins savent que le système nerveux contient 100 milliards de neurones mais peu savent que les gliocytes sont presque 10 fois plus nombreux. Un monde de recherche est encore à défricher.

A la différence des neurones qui sont pour la plupart amitotiques, les cellules gliales peuvent se reproduire.

On distingue deux catégories de gliocytes :

- Les gliocytes du système nerveux central (la névroglie)

  • On en connaît quatre :
    • les astrocytes
    • les oligodendrocytes
    • les épondymocytes et
    • les microglies.

- Les gliocytes du système nerveux périphérique

  • On en connaît deux :
    • les cellules satellites
    • les cellules de Schwann.

A. Les gliocytes du système nerveux central

1. Les astrocytes : sont les plus abondants et les plus volumineux des gliocytes, ils ont une forme étoilée avec plusieurs prolongements. On en distingue : les astrocytes de type I qui sont en contact avec les capillaires sanguins, et les astrocytes de type II qui entourent le neurone, et la fente synaptique empêchant ainsi la dispersion des neurotransmetteurs.

Rôle des astrocytes :

Les astrocytes ont beaucoup de fonctions dont plusieurs sont encore en phase d’étude. Ainsi :

  • Ils jouent un rôle primordial dans la formation de la barrière hémato-encéphalique.
  • Ils assurent l’approvisionnement des neurones en oxygène et nutriments
  • Ils contribuent à maintenir un milieu chimique approprié à la production des potentiels d’action par les neurones.
  • Ils captent l’excès des neurotransmetteurs et participent à leur métabolisme.
  • Ils jouent un rôle de soutien en formant un réseau qui maintient la structure et l’architecture du tissu nerveux.
  • Ils réalisent des cicatrices gliales dans les régions altérées du cerveau.
  • Ils permettent de diriger la migration des neurones jusqu’à leurs localisations définitives lors du développement.

2. Les oligodendrocytes :

Ils sont plus petits et ont moins de prolongements que les astrocytes.

Rôles des oligodendrocytes :

  • Ils jouent un rôle de réseau de soutien pour les neurones du système nerveux central mais assurent surtout leur myélinisation.
  • Chaque oligodendrocyte envoie plusieurs prolongements qui s’enroulent autour des axones [2], ceux-ci se retrouvent alors entourés d’un grand nombre de couches concentriques (variant entre 50 et 100 couches), ces couches forment ce qu’on appelle la gaine de myéline : une substance constituée principalement de lipides qui sert à isoler et protéger les axones comme le fait le plastique autour des fils électriques.
  • Cette gaine de myéline sert à accélérer la vitesse de l’influx nerveux.

3. Les épondymocytes :

Ils ont une forme cubique ou cylindriques, ils sont souvent ciliées et forment un épithélium simple qui tapisse les cavités centrales du système nerveux.

Rôle des épondymocytes :

Ils assurent la sécrétion du liquide céphalo-rachidien (LCR) et favorise sa circulation.

4. Les microglies

Ce sont des petites cellules étoilées ayant peu de prolongements, elles ont les mêmes origines que les monocytes et les macrophages.

Rôles des microglies :

  • Les microglies protègent les cellules du système nerveux central contre les agressions infectieuses ou toxiques.
  • Elles peuvent migrer vers les régions lésées et éliminer les débris des cellules mortes. Leur rôle protecteur revêt une grande importance car les cellules du système immunitaire n’ont pas accès au système nerveux central.

B. Les gliocytes du système nerveux périphérique

1. Les cellules satellites : sont des cellules aplaties disposées autour des corps cellulaires des neurones au niveau des ganglions.

Rôles des cellules satellites :

  • Elles ont des fonctions analogues aux astrocytes.

2. Les cellules de Schwann : appelées également « neurolemmocytes », sont des cellules aplaties qui constituent les gaines de myéline enveloppant les axones au niveau du système nerveux périphérique.

Rôles des cellules de SCHWANN :

  • Chaque cellule de Schwann myélinise une partie d’un seul axone. (jouant le rôle « isolant d’un câble électrique »)

[1Au début de leur découverte à la deuxième moitié du 19e siècle, on a pensé que les cellules gliales « de glue en anglais qui signifie colle » servaient essentiellement de colle pour attacher les cellules nerveuses les une avec les autres « d’où leur nomination », avec le temps on ne cesse de découvrir que les cellules gliales assurent plusieurs fonctions fondamentales et cruciales au fonctionnement des neurones.

[2Un oligodendrocytes peut myéliniser jusqu’à 30 axones adjacents.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3443 / 581937

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Liens internet  Suivre la vie du site Vidéos intéressantes   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License