Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Michel MOIROT

mercredi 14 janvier 2009 par Administrateur

- 1. Biographie [1]

Michel MOIROT (1912-1997) est un médecin français.

Michel MOIROT (1912-1997)

Dès 1949, il s’occupe de recherches psychosomatiques [2].

Ancien chef de clinique à l’Hôtel-Dieu de Paris, membre du collège des chirurgiens français et membre de la Société française de médecine psychosomatique, il s’intéresse à la psychologie, à la psychanalyse, à la psychiatrie. Il obtient également un poste de psychothérapeute dans une clinique privée [3].

Il s’intéresse aux expérimentations animales et trouve que les protocoles ne prennent pas en compte le respect de l’animal (stress, surpeuplement ou isolement, éclairage constant ou absent, etc.).

Pour cette raison, pour éliminer le facteur environnemental (nourriture, eau, influences climatiques, etc.), il va étudier des communautés religieuses (voir plus loin) en les différenciant entre groupes cloîtrés et non cloîtrés.

Il rassemblera ses travaux dans son livre « Origine des cancers » publié en 1985 (voir plus loin).

En 1970, il publie « Cancers et précancéroses » [4] à Université de Rome, manuscrit de 462 pages, aujourd’hui introuvable. Les responsables du Congrès, intéressés par son étude lui demande de rédiger un résumé de son travail en langue italienne [5].

A cet effet, en juin 1971, il publie un article dans « Minerva médica » (Rome) avec les professeurs Baltrusch (Oldenburg), Blechmann (New-York), Bonfante (Turin), Veneziale (Rome), Valadares (Lisbonne).

En 1977, il participe au Congrès international de Marseille (7, 8 et 9 décembre 1977)

En 1985, il publie son œuvre maîtresse : « Origine des cancers » [6].

Le stock de livres est saisi « par erreur »…

En 1991, la justice lui donne raison, les livres lui sont restitués…

Après diverses péripéties, le stock de livres disparaît à nouveau…

En 1996, les livres sont retrouvés dans la cave d’un pavillon de la banlieue parisienne et une partie a pu être sauvée…

Il décède en 1997, dans le plus grand dénuement [7].

- 2. L’apport de Michel MOIROT

Voici un résumé des résultats des travaux de Michel MOIROT

2.1. Méthodologie

En tant que médecin généraliste, il s’est beaucoup intéressé à la génèse du cancer.

A cet effet, pour gommer l’influence environnementale, il a pris comme sujets d’étude une population particulière, à savoir des personnes qui vivaient dans un même lieu et qui avaient sensiblement la même nourriture et des conditions environnementales identiques.

Il a choisi pour cela d’étudier comme population des prêtres et des nonnes qui vivaient soit cloitré(e)s soit non cloitré(e)s.

Pour colliger ses données, il enquête dans 52 départements français [8] (puis au Luxembourg, en Espagne et en Israël où il a vécu 4 mois) parmi les communautés religieuses (cloîtrées et non cloîtrées).

2.2. Les données recueillies

2.2.1. Les groupes

Etant donné la population prise en compte, les groupes de patients étudiés peuvent être divisés en 4 groupes :

- hommes et femmes
- cloîtré(e)s et non cloîtré(e)s

2.2.2. Le résumé des données

Ses résultats peuvent se résumer sous forme de deux tableaux :

Tableau 1 : Nombre de cancers et de décès récents dans la population de femmes (cloîtrées et non cloîtrées) (Source : MOIROT 1981 [9])

Femmes Nombre de cancers (guéris ou non) Absence de cancers Nombre de décès récents
Femmes cloîtrées 130 (20,76%) 496 626
Femmes non cloîtrées 19 (14,07%) 116 135
149 612 761
p = 0,07 X² = 7,64 OR = 1,6 RR = 1,48

Tableau 2 : Nombre de cancers et de décès récents dans la population d’hommes (cloîtrés et non cloîtrés) (Source : MOIROT 1981 [10])

Hommes Nombre de cancers (guéris ou non) Absence de cancers Nombre de décès récents
Hommes cloîtrés 22 (12,29%) 157 179
Hommes non cloîtrés 10 (4,65%) 205 215
32 362 394
p = 0,005 X² = 7,64 OR = 2,87 RR = 2,64

2.2.3. L’interprétation des données

Pour la population de femmes, le nombre de cancers n’est pas plus important dans un des deux groupes (cloitrées ou non cloitrées). La différence observée n’est pas significative (p = 0,07).

Pour la population d’hommes, le nombre de cancers est plus important dans la population d’hommes cloîtrés que dans la population d’hommes non-cloîtrés. La différence est significative (p = 0,005).

Il semble que les hommes supportent moins bien le fait d’être cloîtrés que les femmes.

Selon Michel MOIROT, cela serait dû à des contraintes psychologiques mal vécues.

Pour Michel MOIROT, « Toutes les maladies organiques acquises au cours du déroulement de la vie de l’individu dans le monde ambiant, à part les intoxications et certains accidents, sont psychosomatiques. ».

De même, il écrit que « Le cancer traduit l’autodestruction d’un sujet, somatisé dans un organe cible capable d’incarner cette destruction. »

Toutefois, il existe une possibilité qu’une autre variable puisse expliquer les différences observées entre hommes cloitrées ou non. D’autres études mériteraient d’être élaborées pour confirmer ou infirmer les travaux du Dr Michel MOIROT. Ses travaux ont le mérite d’exister et méritent qu’on rende hommage [11] au médecin clinicien qui a mené de manière infatigable son enquête sans aucune aide financière extérieure.

- 3. Sources :

Bernard ASQUIN, Vous et votre Santé n° 48 – juin 1997.

Bernard ASQUIN, Choc émotionnel et maladie - cheminement vers un nouveau paradigme, éd. à compte d’auteur, 2006 [12].

Icône pdf Bernard ASQUIN, Choc émotionnel et maladie, Institut Paracelse, revue 63, octobre 2007 (article publié à titre posthume, après le décès de Bernard ASQUIN) [13].

Léon RENARD, Le cancer apprivoisé, éd. QUINTESSENCE (ISBN 2-913281-53-2), pp. 58-59.

Pierre LANCE, Savants maudits, chercheurs exclus (Tome 3), éd. TREDANIEL, (ISBN 2-84445-654-5), pp. 167-199 [14].

Michel MOIROT, Origine des cancers - traitement et prévention, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985 (ISBN 2-86751-033-3) (livre épuisé, disponible au format pdf (Acrobat Reader ®) auprès de Votre Santé, 44, bd MAGENTA à 75010 Paris (France)).

Michel MOIROT, L’origine des cancers est psychosomatique, Votre Santé, 22/6/2007 (publication posthume).

Michel MOIROT, Effecteur du cerveau, Votre Santé, 22/6/2007 (publication posthume).

Bernard ASQUIN, Le cancer autopunition et autodestruction, Votre santé, 22/6/2007.

- 4. Œuvres

Michel MOIROT, Origine des cancers - traitement et prévention, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985 (ISBN 2-86751-033-3) (livre épuisé, disponible au format pdf (Acrobat Reader ®) auprès de Votre Santé, 44, bd MAGENTA à 75010 Paris (France)).

Michel MOIROT, L’origine des cancers est psychosomatique, Votre Santé, 22/6/2007 (publication posthume).

Michel MOIROT, Effecteur du cerveau, Votre Santé, 22/6/2007 (publication posthume).

- 5. Pour aller plus loin

Pour les internautes intéressés par les mathématiques, citons un site internet qui permet de faire les calculs statistiques.

Dr Docteur Luc BODIN, Cancer - la théorie du Dr MOIROT, 2008.

Icône pdf Don MARCELLINO, Témoignage de Don MARCELLINO sur sa rencontre avec Michel MOIROT.

Néosanté, Michel MOIROT et l’origine psychosomatique des cancers [15]

[1Cette biographie est aussi un hommage à Bernard ASQUIN, qui a envoyé gracieusement le livre de Michel MOIROT à un praticien en biologie totale des êtres vivants, après une conversation à Paris le 30 juin 2007 et qui a transmis oralement certaines informations que lui a racontées le Dr Michel MOIROT. Malheureusement, Bernard ASQUIN est mort en juillet 2007, quelques semaines après avoir transmis ce livre.

[2MOIROT Michel, Origine des cancers, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985, p. 43.

[3Michel MOIROT, Effecteur du cerveau, Votre Santé, 22/6/2007

[4MOIROT Michel, Origine des cancers, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985, p. 24.

[5MOIROT Michel, Origine des cancer, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985, p. 25.

[6Le livre de Michel MOIROT est préfacé par L-J. DELPECH, Professeur à la Sorbonne et à l’époque Président de la Société française de cybernétique. Ce dernier signale dans la préface qu’il avait rencontré Georg GRODDECK.

[7Bernard ASQUIN l’a régulièrement rencontré avant son décès.

[8MOIROT Michel, Origine des cancers, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985, p. 31.

[9MOIROT Michel, Origine des cancers, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985, p. 32.

[10MOIROT Michel, Origine des cancers, éd. LES LETTRES LIBRES, 1985, p. 32.

[11Cet article est indirectement un hommage au Dr Michel MOIROT et à Bernard ASQUIN.

[12Merci à Bernard ASQUIN d’avoir également transmis ce fascicule.

[13Pierre CORNILLOT, Annonce du décès de Bernard ASQUIN, Votre Santé, 31/7/2007.

[14Pierre LANCE cite cite deux fois Bernard ASQUIN dans son livre : en page 5 (en page de remerciement) et en page 169 (pour lui avoir transmis un exemplaire du livre de Michel MOIROT « Origine des cancers »).

[15En biologie totale des êtres vivants, on ne dit pas que les maladies sont psychosomatiques mais on dit qu’elles sont biologiques.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4030 / 590304

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation  Suivre la vie du site Présentation de la BTEV  Suivre la vie du site Les précurseurs de la biologie totale des êtres (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License