Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Le sens biologique des maladies

lundi 24 mars 2008 par Administrateur

1. Définition

Le sens biologique des maladies peut se définir comme l’« idée intelligible que les maladies ont une signification, qu’il y a une clé à découvrir, une explication à leur existence ».

Claude SABBAH répète au cours : « La maladie a un sens ».

Pour peu qu’il développe des qualités d’enquêteur, de fin limier, le praticien en biologie totale des êtres vivants peut décrypter avec le consultant cette signification, ce sens caché de la maladie.

En biologie totale des êtres vivants, la maladie serait un code, comme un code secret…

Ce sens caché est fortement relié à la fonction de l’organe [1], à la symbolique du corps, au traumatisme, etc.

Etant donné que ce sens à décoder est inscrit dans la biologie (c’est-à-dire qu’il emprunte des voies biochimiques, neurologiques, endocriniennes, etc.), on parle, pour cette raison, en biologie totale des êtres vivants de « sens biologique des maladies ».

2. Exemples

- L’eczéma

Le conflit biologique de la peau est un conflit de séparation (physiologiquement, la peau est une surface de séparation et de contact).

Dans l’eczéma, on retrouve un conflit de séparation.

En phase active de conflit, la peau s’ulcère ; en phase de résolution, elle fait de la masse : c’est l’eczéma.

La vraie maladie, ce sont les deux phases (ulcère et faire de la masse).

Quel est le sens biologique de faire un ulcère de la peau en phase active de conflit et de faire de la masse en phase de résolution ?

En phase active de conflit (qui se manifeste par des micro-ulcères), la peau présente une surface de contact plus grande qu’en temps normal (théorème de SIERPINSKI) : cette augmentation de surface permet de solutionner un conflit de séparation.

En phase de résolution de conflit (qui se manifeste par de la masse), la peau se rebouche puisqu’il n’y plus lieu de faire des ulcères.

- La cystite

Le conflit biologique de la vessie est un conflit de marquage de territoire [2] : la personne n’arrive pas à délimiter, à marquer son territoire, on vient empiéter sur son territoire…

En phase active de conflit, la muqueuse interne de la paroi vésicale s’ulcère ; en phase de résolution, elle fait de la masse.

De nouveau, la vraie maladie, ce sont les deux phases (ulcère et faire de la masse).

Quel est le sens biologique de faire un ulcère de la vessie en phase active de conflit et de faire de la masse en phase de résolution ?

En phase active de conflit (qui se manifeste par des ulcères), la contenance de la vessie [3] augmente de volume : par cette augmentation de volume de l’urine, la personne peut marquer davantage son territoire. Elle peut donc solutionner en pratique le conflit de marquage.

En phase de résolution de conflit (qui se manifeste par la production d’une masse), la muqueuse interne de la vessie se rebouche puisqu’il n’y a plus lieu de marquer davantage le territoire.

3. Conclusions

Même si le sens biologique des maladies peut sembler une idée difficile à comprendre au départ, le praticien en biologie totale découvre régulièrement que la maladie a un sens, une signification cachée qu’il peut explorer et retrouver avec le consultant.

[1] Signalons au passage que le « sens » est mal perçu en science. Toutefois, en physiologie (= l’étude des fonctions des organes) le sens est très présent. En philosophie, la question du sens est centrale.

[2] Dans le monde animal, l’urine sert à marquer le territoire. Par exemple, les chiens, les loups, les félidés (lion, lynx, guépard, etc.), les cervidés (cerf, chamois, etc.).

[3] C’est-à-dire ce que les médecins appellent la lumière.


Mots-clés

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 440329

RSSfr