Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Henri LABORIT

samedi 22 août 2009 par Administrateur

- 1. Biographie

Henri Laborit est un médecin, chirurgien français (1914-1995).

Malgré les séquelles d’une tuberculose contractée à douze ans, il suit ses humanités sans heurts et obtient son baccalauréat à Paris, au lycée Carnot (Paris).

A vingt ans, il passe le concours d’entrée à l’École du service de santé des armées de Bordeaux.

Avec le diplôme de médecin, il exerce d’abord dans la Marine, puis se tourne vers la chirurgie à l’Hôpital militaire du Val-de-Grâce. C’est là, en collaboration avec les psychiatres du Centre hospitalier Sainte-Anne qu’il étudie les phénothiazines.
Ces travaux aboutissent à la découverte du premier neuroleptique, la chlorpromazine (commercialisée sous le nom de LARGACTIL).

En 1957, il reçoit le Prix Albert LASKER pour la recherche médicale [1].

L’argent récolté grâce à la commercialisation de la chlorpromazine lui permet de poursuivre par la suite ses recherches dans un laboratoire de l’hôpital BOUCICAUT, tout en restant personnellement rémunéré par le Service de santé des armées.

En 1958, il crée le laboratoire d’« Eutonologie » à l’hôpital BOUCICAUT et en restera le directeur jusqu’à sa mort.

Simultanément, il dirige la « Revue d’Agressologie » jusqu’en 1983.

En 1967, il est élevé au grade d’Officier de la Légion d’honneur.

En 1968, il publie son premier ouvrage de vulgarisation « Biologie et structure ».

Il a aussi à son acquis une trentaine de livres concernant la philosophie scientifique, l’éthologie, la sociologie, etc.

De 1978 à 1983, il est professeur invité de bio-psycho-sociologie à l’Université du Québec où il donne des cours en alternance avec son adjoint le Dr Bernard WEBER, physiologiste et collaborateur au CEPEBPE, son laboratoire à BOUCICAUT.

En 1981, il reçoit le prix ANOKHIN (Union des républiques socialistes soviétiques - URSS).

Un de ses regrets est de ne pas avoir obtenu, malgré sa nomination, le prix NOBEL, malgré sa nomination. D’après Pierre HUGUENARD, Professeur émérite à la Faculté de Médecine de l’Université de Paris XII, ce fut « à cause de l’hostilité du microcosme médical civil français, et plus précisément parisien ».

Il est le père de l’actrice Maria LABORIT, du psychiatre Jacques LABORIT et le grand-père de l’actrice Emmanuelle LABORIT.

Il décède en 1995.

- 2. L’apport d’Henri LABORIT

On lui doit de nombreux travaux dans des domaines où il se révèle pionnier en médecine :

  • sur la qualité de l’anesthésie [2], [3] ;
  • sur l’hibernation artificielle [4], [5] ;
  • sur les réactions organiques à l’agression et aux chocs [6] ;
  • sur la découverte du premier neuroleptique, la chlorpromazine (LARGACTIL) ;
  • sur l’importance de la névroglie (= ensemble des cellules gliales) ;
  • sur importance des radicaux libres ;
  • sur la synthèse du GHB (l’acide gamma-hydroxybutyrique).

Il donne ensuite une nouvelle orientation à ses travaux : l’étude des mécanismes liés au stress [7], l’éthologie, le conditionnement.

Son livre « La Nouvelle grille » sur la biologie comportementale le fait connaître du grand public.

Le film d’Alain RESNAIS « Mon oncle d’Amérique » (1980) le fait connaître encore plus : LABORIT y explique en effet ses travaux sur le conditionnement avec des expériences sur des rats qui l’ont amené à développer le concept de l’« inhibition de l’action » et qui expliquent dans quelles conditions de stress des rats isolés biologisent celui-ci en ulcère gastrique (cf. la notion de conflit biologique en BTEV ; cf. Hans SELYE et le stress).

- 3. Sources

Les sources consultées sont ses livres ainsi que les liens externes mis en référence.

- 4. Œuvres

Henri LABORIT a écrit de nombreux livres.

Citons entre autres :

Henri LABORIT, Biologie et structure, éd. GALLIMARD, 1968

Henri LABORIT, L’homme et la ville, éd. FLAMMARION, 1971

Henri LABORIT, L’agressivité détournée : Introduction à une biologie du comportement social, éd. 10/18, 1970

Henri LABORIT, La Société informationnelle : Idées pour l’autogestion, éd. DU CERF, 1973

Henri LABORIT, Les Comportements : Biologie, physiologie, pharmacologie, éd. 1973

Henri LABORIT, La Nouvelle grille, éd. LAFFONT, 1974 (existe en format poche)

Henri LABORIT, Éloge de la fuite, éd. LAFFONT, 1976

Henri LABORIT, L’Inhibition de l’action, éd. MASSON, 1979

Henri LABORIT, Les bases biologiques des comportements sociaux, coll. « Grandes conférences », Musée de la civilisation-Québec, 1991.

Henri LABORIT, La légende des comportements, éd. FLAMMARION, 1994 (un des plus beaux livres d’Henri LABORIT, abondamment illustré)

- 5. Pour aller plus loin

Joël de ROSNAY, Hommage à Henri Laborit, « Laborit : de la cybernétique à la systémique », Le carrefour du futur, 1995

GRIT (Groupe de Recherche Inter- et Transdisciplinaire, Résumé de l’œuvre d’Henri LABORIT

Pierre HUGUENARD [8], Biographie d’Henri LABORIT, Encyclopédie Universalis, 2003

Site de SCD Université Paris XII [9], Vie et œuvres d’Henry LABORIT

Henry LABORIT, Liste des articles parus dans la revue d’Agressologie

Henri LABORIT, Interview à la sortie du film d’Alain RESNAIS.

Henri LABORIT, retranscription de certains passages du film « Mon oncle d’Amérique ».

Henri LABORIT, interview où il raconte sa rencontre avec Alain RESNAIS (extrait vidéo du journal d’Antenne 2, 21/05/1980)

Henri LABORIT, Éloge de la fuite (extraits)

Henri LABORIT, Entrevue avec Jacques Languirand, Radio-Canada

Icône pdf Université McGill, Présentation d’Henri LABORIT sur le site pédagogique des neurosciences

Alain RESNAIS, « Mon oncle d’Amérique », extrait vidéo reprenant le concept d’inhibition d’action d’Henri LABORIT.

Alain RESNAIS, « Mon oncle d’Amérique », extrait vidéo reprenant les théories et les travaux d’Henry LABORIT.

[1Le prix Albert LASKER est l’équivalent américain du prix NOBEL.

[2Henri LABORIT, L’anesthésie facilitée par les synergies médicamenteuses, éd. Masson, 1951

[3Henri LABORIT, Physiologie et biologie du système nerveux végétatif au service de la chirurgie, G. Doin et Cie, 1950.

[4Henri LABORIT, Pierre HUGUENARD, Pratique de l’hibernothérapie en chirurgie et en médecine, éd. Masson, 1954.

[5Henri LABORIT, Résistance et soumission en physio-biologie : l’hibernation artificielle, coll. Evolution de sciences, n° 2, éd. Masson, 1954.

[6Henri LABORIT, Réaction organique à l’agression et choc, éd. Masson, 1952.

[7Henri LABORIT connaissait les travaux de Hans SELYE sur le stress.

[8Pierre HUGUENARD est Professeur émérite à la faculté de médecine de l’Université Paris XII – Val de Marne.

[9L’université Paris XII est dépositaire des archives d’Henry LABORIT.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5529 / 596959

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation  Suivre la vie du site Présentation de la BTEV  Suivre la vie du site Les précurseurs de la biologie totale des êtres (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License