Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Georg GRODDECK

samedi 4 juin 2011 par Administrateur

- 1. Biographie

Georg GRODDECK Walter Georg GRODDECK (1866-1934) est un médecin allemand contemporain de Sigmund FREUD.

Assez indépendant, il n’appartient pas au cercle des psychanalystes freudiens.

Après des études médicales à Berlin, il devient l’assistant du médecin personnel du chancelier BISMARCK, le Dr SCHEWENINGER.

En 1900, Groddeck s’installe à Baden-Baden dans un sanatorium : il y traite les personnes par des entretiens de type soutien psychothérapeutique complété par de l’hydrothérapie, un régime diététique, des massages, de la suggestion comme utilisé par CHARCOT et un traitement hypnotique selon BERNHEIM. 

Il est également à l’origine de mouvements coopératifs (construction, alimentation, etc.) [1].

Entre 1916 et 1919, il présente aux patients soignés dans son établissement de Baden-Baden, 115 conférences devenues célèbres et publiées sous le titre « Conférences psychanalytiques à l’usage des malades, prononcées au sanatorium de Baden-Baden. »

Ses sources de pensée sont GOETHE et à travers lui SPINOZA [2]

Dès 1917, il commence une correspondance avec Sigmund FREUD.

En 1920, il rencontre pour la première fois FREUD lors du congrès de psychanalyse de La Haye. Il devient également membre de la Société psychanalytique allemande (Berlin).

En 1921, il rencontre pour la première fois FERENCZI, pratiquement condamné par les médecins ; ce dernier viendra tous les étés en cure dans son établissement de Baden-Baden, avec un succès étonnant [3]. GRODDECK devient par la suite, jusqu’à la mort de FERENCZY, l’un de ses amis les plus proches.

En 1934, Georg GRODDECK décède en Suisse.

- 2. L’apport de Georg GRODDECK

Médecin, Georg GRODDECK a développé une approche médicale psychosomatique de la maladie, ce qui fait que beaucoup d’auteurs voient en lui le père fondateur de la psychosomatique moderne (voir Richard SÜNDER, 2002).

Psychologue clinicien original pour son époque, GRODDECK considère que toute maladie organique est en fait psychosomatique.

Il a tenu une correspondance avec Sigmund FREUD ; cependant, il a voulu garder une certaine distance par rapport à la psychanalyse : il n’accepte pas toute la psychanalyse et en vue de guérir les maladies organiques, il s’intéresse particulièrement au mécanisme de résistance, à la sexualité psychique.

Le livre du ça

Il est d’autre part convaincu de l’importance du rôle de l’inconscient, plus particulièrement de l’instance qu’il appelle le « Ça » [4] dans la genèse des troubles somatiques courants. En 1921, il publie le « Livre du Ça » [5]
, dans lequel il reprend certains concepts analytiques et introduit le concept du « Ça », repris par Sigmund FREUD qui modifiera le concept du « Ça », en écrivant « Le Moi et le Ça » (1923).

- 3. Sources

Roger LEWINTER, préface du livre de Georges GRODDECK, La maladie, l’art et le symbole, éd. GALLIMARD (NRF), 1969 (ISBN 2-07-027048-3)

- 4. Œuvres

Georg GRODDECK, Le livre du ça constitué de lettres fictives adressées à une amie, 1923, éd. GALLIMARD, 1963.(ISBN 2-07-029389-0)

Georg GRODDECK, La maladie, l’art et le symbole, éd. GALLIMARD (NRF), 1969 (ISBN 2-07-027048-3)

Georg GRODDECK, Conférences psychanalytiques à l’usage des maladies, éd. CHAMPS LIBRES, 1978, tome 1 (ISBN 2-85184-092-4)

Georg GRODDECK, Conférences psychanalytiques à l’usage des maladies, éd. CHAMPS LIBRES, 1979, tome 2 (ISBN 2-85184-109-2)

Georg GRODDECK, Conférences psychanalytiques à l’usage des maladies, éd. CHAMPS LIBRES, 1981, tome 3 (ISBN 2-85184-126-2)

- 5. Pour aller plus loin

Sigmund FREUD et Georg GRODDECK - correspondances 1917-1934

Richard SÜNDER, Groddeck énonce la théorie psychosomatique de la maladie, extrait du livre « Médecine du mal, médecine des mots ».

Richard SÜNDER, Médecine du mal, médecine des mots, éd. QUINTESSENCE, 2002 (ISBN 2-913281-19-2)

Voir la bibliographie de Georg GRODDEK, dans son livre « La maladie, l’art et le symbole ».

Voir le site de Cairn.info

[1Roger LEWINTER, préface du livre de Georg GRODDECK, La maladie, l’art et le symbole, éd. GALLIMARD (NRF), 1969 (ISBN 2-07-027048-3), p. 12

[2Roger LEWINTER, préface du livre de Georg GRODDECK, La maladie, l’art et le symbole, éd. GALLIMARD (NRF), 1969 (ISBN 2-07-027048-3), pp. 24-25

[3Roger LEWINTER, préface du livre de Georges GRODDECK, La maladie, l’art et le symbole, éd. GALLIMARD (NRF), 1969 (ISBN 2-07-027048-3), p. 16.

[4Le Ça de GRODDECK est proche de ce que FREUD appelle en allemand le « Es » ou ultérieurement le « Ça » en français.

[5Le terme du Ça est emprunté à Goethe et Spinoza, cfr. Roger LEWINTER, préface du livre de Georges GRODDECK, La maladie, l’art et le symbole, éd. GALLIMARD (NRF), 1969 (ISBN 2-07-027048-3), p. 24-25.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3690 / 590040

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation  Suivre la vie du site Présentation de la BTEV  Suivre la vie du site Les précurseurs de la biologie totale des êtres (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License