Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Carl SIMONTON

vendredi 3 avril 2009 par Administrateur

- 1. Biographie

Carl SIMONTON (1942 - 2009) est un médecin américain, cancérologue et radiothérapeute.

En 1967, il reçoit son diplôme de médecin de l’Université de l’Oregon (University of Oregon Medical School, Portland).

Par après, il devient radiologue à la base aérienne de Travis (Travis Air Force Base), en Californie.

En 1973, il est reconnu comme radiothérapeute et est engagé à ce titre comme chef du département de radiothérapie.

C’est là qu’il commence à développer sa méthode de soutien et d’accompagnement des malades cancéreux, en complément aux traitements médicaux. Son programme fut reconnu par le General’s Office en 1973.

Comme pionnier du traitement psychologique du cancer, il montre avec son équipe dans une étude de 1971 à 1978, que la survie est deux fois plus longue et que la qualité de vie s’améliore, pour les patients ayant bénéficié d’un soutien psychologique [1].

Il est le fondateur et le directeur du « Simonton Cancer Center » situé près de Los Angeles.

En juillet 2009, il décède.

- 2. L’apport de Carl SIMONTON [2] [3]

Sans conteste, l’apport de Carl SIMONTON (avec son équipe) est d’avoir mis au point un programme pour aider des patients cancéreux à traverser les écueils de la maladie [4].

2.1. Le processus de la maladie selon Carl SIMONTON

Carl SIMONTON décrit 5 étapes :

  • 1) épreuves et expériences d’enfance aboutissant à la décision d’être un certain type de personnes
  • 2) l’individu est balloté par un ensemble d’événements stressants de la vie
  • 3) ces stress créent un problème auquel l’individu ne sait pas comment faire face
  • 4) l’individu ne voit aucun moyen de changer les règles ni comment il (ou elle) doit se comporter : ainsi il (ou elle) se sent piégé et incapable de solutionner le problème
  • 5) l’individu met une distance entre lui, ou elle, et le problème, et devient statique, rigide

2.2. Les étapes psychologiques de la guérison selon Carl SIMONTON

Carl SIMONTON décrit 4 étapes :

  • 1) avec le diagnostic d’une maladie qui menace la vie, l’individu gagne une nouvelle perspective au sujet de ses problèmes
  • 2) l’individu prend la décision de modifier sa conduite et son comportement, d’être un autre genre de personne
  • 3) les processus physiques, à l’intérieur du corps répondent aux sentiments d’espoir et au désir renouvelé de vivre, créant un cycle à feed-back, se renforçant chaque fois, et se mettant à l’unisson avec le nouvel état mental
  • 4) le patient est mieux que bien

2.3. Le programme de guérison selon Carl SIMONTON

Carl SIMONTON conseille

- des livres à lire
- de se relaxer
- des techniques de visualisation
- d’identifier des stress antérieurs à la maladie
- d’identifier les bénéfices de la maladie
- de trouver une aide, une personne à qui parler
- etc.

2.3.1. L’identification des stress

  • 1) identifier les stress dans les 6-18 mois avant le début de la maladie
    • noter 5 changements majeurs de la vie ou
    • noter ceux qui se sont passés les 6-18 mois avant le début de la maladie ou
    • noter ceux qui se sont passés 6 mois avant une rechute
  • 2) identifier 5 stress majeurs de la vie actuelle
    • écrire les stress sur une feuille de papier
    • examiner comment les personnes participent au maintien de ces stress
    • voir si un support est possible
    • voir si la personne peut éliminer ou équilibrer les stress dans sa vie

2.3.2. L’identification des bénéfices de la maladie

Carl SIMONTON propose un exercice pour les identifier, à savoir de noter une feuille cinq bénéfices secondaires les plus importants lors d’une maladie chez un individu donné.

Par exemple, citons :

  • recevoir la permission de ne pas affronter un problème, ou une situation difficile
  • recevoir l’attention, les soins de son entourage
  • avoir l’occasion de retrouver son énergie psychique, pour traiter un problème, ou changer d’optique
  • trouver une motivation pour s’occuper de développement de son potentiel humain, de sa croissance et maturité affective et personnelle, ou pour modifier ses habitudes indésirables
  • ne pas avoir besoin de satisfaire sa propre attente, trop exigeante, ni celle des autres

2.3.3. Les techniques de relaxation et de visualisation

Carl SIMONTON propose des techniques de relaxation, proches du yoga :

  • dans une pièce tranquille, avec une lumière douce
  • respirer calmement
  • prendre conscience du bien-être de la détente
  • etc.

Il propose des techniques de visualisation :

  • imaginer que des globules blancs détruisent le cancer
  • etc.

2.3.4. Apprendre à surmonter le ressentiment envers quelqu’un grâce à la technique d’imagerie mentale

Carl SIMONTON propose d’imaginer qu’il arrive de bonnes choses à la personne envers qui nous avons du ressentiment et demande d’être conscient de nos propres réactions. Il demande également de réinterpréter l’événement ainsi que le comportement de la personne.

Cet exercice est l’équivalent d’un changement de regard.

2.3.5. Créer des buts

Carl SIMONTON avait remarqué que les gens qui avaient un but dans la vie avaient plus de chances de rester en vie. C’est pourquoi il engage les cancéreux à se fixer des buts dans la vie.

Quels sont les bénéfices de se fixer des buts ?

  • se préparer, émotionnellement et mentalement à passer à l’action, à commencer à mettre en actes sa guérison
  • exprimer la confiance en sa propre capacité à répondre à ses besoins
  • créer une image de soi positive
  • s’offrir un point de mire pour son énergie

2.3.6. Rechercher un guide intérieur grâce à l’imagerie mentale

Carl SIMONTON propose aux personnes de trouver un guide intérieur grâce à l’imagerie mentale (une personne, un animal, etc.) et leur propose d’engager une conversation et de recueillir des renseignements (gestes, rêves, etc.).

2.3.7. Apprendre à maîtriser la douleur grâce à l’imagerie mentale

Carl SIMONTON propose 3 procédés pour y arriver :

  • visualiser les ressources de son corps
  • communiquer avec la douleur
  • visualiser la douleur

2.3.8. Faire de l’exercice

Il propose de faire 3 séances par semaine (3 heures en tout)

2.3.9. Faire face aux rechutes et à la mort

« Se préparer à la rechute est l’une des meilleures façons de réduire la peur qui lui est liée ».

    • confusion
    • tourments émotionnels
    • angoisse sans nom
    • sentiment de trou sans nom
  • programme
    • 1. ne pas attendre beaucoup de soi-même à ce moment-là.
    • 2. rechercher un support avec le soutien de la famille, d’amis, équipe soignante pour trouver affection, amour, compréhension et acceptation de leurs changements d’humeur.
    • 3. ne pas décider quoi que ce soit concernant leur avenir, ni prendre des décisions importantes sur ce qu’ils croient être le dénouement de leur maladie.
    • 4. pendant une rechute, les personnes sont invitées à se rappeler que cette période est effrayante et douloureuse mais qu’elle est temporaire. Le choc et la confusion passeront.
    • 5. dès que le patient indique que cette période difficile est terminée et qu’il a l’énergie et la perspicacité nécessaires pour analyser la signification de la rechute, commencer l’exploration et décoder le message de la rechute.
  • exemples de messages possibles :
    • besoin d’aide d’un thérapeute
    • se donner la permission de répondre à des besoins émotionnels
    • le corps demande de ralentir
    • etc.
  • techniques d’imagerie mentale

Tout ce programme élaboré par SIMONTON peut permettre à l’individu à mieux gérer ce qu’on appelle en biologie totale des êtres vivants le « conflit de diagnostic-pronostic ».

2.4. Les résultats

Les SIMONTON donnent dans leur livre des chiffres de guérison qui laisseront certains perplexes ou même sceptiques ... :

2.4.1. La survie

Laissons parler Carl SIMONTON (1985) : « Durant les quatre dernières années, nous avons traité 159 patients ayant un diagnostic de tumeur médicalement incurable. Soixante-trois de ces patients sont vivants, avec une moyenne de survie de 24,4 mois depuis le diagnostic. La prévision de survie pour ce groupe, basée sur des normes nationales, est de 12 mois. Pour compléter cette recherche, nous avons, depuis, constitué une population de contrôle comparable et les résultats préliminaires indiquent une survie comparable à celle des normes nationales, une période de survie de moitié moindre que celle de nos patients. Quant aux patients de notre étude qui sont morts, leur durée de survie moyenne était de 20,3 mois. C’est-à-dire que les patients dans notre étude qui sont vivants ont vécu, en moyenne, deux fois plus longtemps que les patients ayant reçu un traitement médical seulement. Même les patients de cette recherche qui sont morts, ont quand même vécu une fois et demie plus longtemps que ceux du groupe contrôle. »

Les données des patients (en janvier 1978) suivis peuvent être résumés ainsi :

StatutNombre de patients%age
Aucun signe de maladie 14 22%
Maladie stabilisée 17 27,1%
Tumeur en train de progresser 12 19,1%
Nouvelle croissance tumorale (rechute) 20 31,8%
Total 63 100%
Source : Carl SIMONTON et al. (1985), Guérir envers et contre tout, éd. EPI, p.14

alors que 100% patients avaient été déclarés médicalement incurables.

2.4.2. La qualité de vie

Non seulement la durée de vie s’est améliorée, mais la qualité de la vie pendant la survie était excellente : 51% des patients ont le même niveau d’activité quotidienne qu’avant le diagnostic [5].

- 3. Œuvres

Carl SIMONTON, Stéphanie Matthews SIMONTON et James CREIGHTON, Guérir envers et contre tout, éd. EPI, 1985 (ISBN 9-782220025-377) (il existe une nouvelle édition parue en 2007 chez DESCLEE DE BROUWER) [6]

Carl SIMONTON, L’aventure d’une guérison, éd. BELFOND (ISBN 9782714429513) (existe également dans la collection J’AI LU)

Icône pdf Carl SIMONTON, Unproven methods of cancer management, Cancer Journal for Clinicians, 1982, 32, 58-61

- 4. Sources

La source de l’article est ses livres, son site officiel, le site suisse et l’article du Cancer Journal for Clinicians.

- 5. Bibliographie

BOTTACIOLI, Psychoneuroimmunologie, éd. Marco PIETTEUR (ISBN 2-87211-029-1)

Auteur anonymisé, Analyse du livre de Carl SIMONTON, éd. à compte d’auteur, 1985-1986.

- 6. Pour aller plus loin

Site officiel de Carl SIMONTON.

Site suisse du Carl SIMONTON cancer center.

Les preuves scientifiques de la méthode SIMONTON

Valerie J. Nelson, Los Angeles Times 3 juillet 2009, Annonce du décès de Carl SIMONTON

[1Carl SIMONTON et al, Guérir envers et contre tout, éd. EPI, 1985, p 14.

[2L’article rédigé sur le site de l’IBBTEV est un résumé du livre « Guérir envers et contre tout » (ISBN 9-782220025-377) de Carl SIMONTON. Nous suggérons à l’internaute curieux d’approfondir son questionnement en lisant les livres de Carl SIMONTON et nous vous renvoyons vers le site de Carl SIMONTON.

[3Par la même occasion, nous remerçions le praticien en BTEV de nous avoir transmis le résumé du livre de Carl SIMONTON, travail rédigé en 1985...

[4Signalons au passage que des éléments de son travail avec des patients cancéreux est théoriquement transposable à d’autres pathologies.

[5Carl SIMONTON et al, Guérir envers et contre tout, éd. EPI, p15.

[6Le livre a été préfacé par Jacques BREHANT, membre de l’Académie Nationale de Médecine et a été traduit par Anne Ancelin SCHÜTZENBERGER et Leslie ROTHSCHILD LAVIGNE.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 8206 / 590040

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation  Suivre la vie du site Présentation de la BTEV  Suivre la vie du site Les précurseurs de la biologie totale des êtres (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License